Relations économiques [pt]

Nos relations économiques bilatérales sont très peu développées mais nos exportations sont bien plus élevées que nos importations.

Les exportations de la France vers la Guinée Bissau (statistiques françaises) étaient en 2015 de 6,6 millions d’euros seulement. Elles sont assez diversifiées : notamment engrais et composés azotés, produits pharmaceutiques, équipements de communication, piles et accumulateurs électriques, véhicules, moteurs, génératrices et transformateurs électriques, câbles électroniques et électriques.

Les importations de la France (statistiques françaises) en provenance de Guinée-Bissau, sont structurellement très faibles : 120 000 euros en 2015. Ces flux entrants sont composés essentiellement de produits agricoles (noix de cajou) et de quelques autres produits.

Même s’il est possible que des transbordements (mer/mer ou mer/route) à Dakar, point d’entrée-sortie de l’union douanière UEMOA-CEDEAO et/ou des importations/exportations via des sociétés et négociants au Sénégal, aboutissent à un biais dans la mesure des flux bilatéraux, ces derniers demeureraient malgré tout très modestes.

Il faut signaler que la Guinée-Bissau a fait le choix dans le passé d’adhérer à des organisations proches et développant un partenariat avec la France : outre les institutions de la Francophonie, il s’agit d’organisations d’intégration économique régionale telles que l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) et la zone monétaire du CFA (depuis 1997), l’Organisation Harmonisée du Droit des Affaires (OHADA) et la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance (CIMA).

Les entreprises françaises sont réduites en nombre : AGS, Bissau Equipmentos (filiale de JA Delmas), CFAO, MRG Bissau Consulting, Orange-Bissau qui est une filiale d’Orange-Sénégal. Une dizaine de petites entreprises dirigées par des Français, notamment dans l’hôtellerie-loisirs sont également présentes, essentiellement dans les îles Bijagos.

Dernière modification : 10/08/2017

Haut de page